Site logo

Étude : Les salariés des pays arabes ont du mal à épargner contrairement à ceux du Golfe

Étude : Les salariés des pays arabes ont du mal à épargner contrairement à ceux du Golfe

Des études récentes menées dans 13 pays arabes ont montré qu’épargner sur son salaire mensuel est une tâche ardue, voire impossible, pour les salariés de la plupart de ces pays, en particulier avec l’augmentation quotidienne du taux d’inflation mondiale et l’élargissement de ses effets sur la plupart des aspects de la vie quotidienne liés au coût de la vie.

Et à l’heure où les salariés des pays arabes, dont le Liban, l’Irak, la Tunisie, le Maroc, l’Algérie et la Jordanie, souffrent de dépenser leur salaire avant la fin de la troisième semaine du mois, et donc de l’impossibilité d’épargner, d’autres pays sont venus une position dans laquelle les employés sont autorisés à épargner, dirigée par les Emirats, dans laquelle les citoyens et les résidents ont déclaré qu’ils Ils sont en mesure d’économiser sur leur salaire mensuel.

L’étude « Iram Economic » ciblait les citoyens et résidents de 13 pays arabes, dont 1 170 participants, qui ont révélé si leurs salaires mensuels leur suffisaient, où exactement dépensent-ils leur argent, et enfin, peuvent-ils épargner ? Pour montrer l’étendue de leurs souffrances à cause de l’inflation.

Dans les pays du Golfe, ils économisent…

Les six pays du Golfe participant à l’étude ont dépassé la capacité des employés à économiser de l’argent sur leur revenu mensuel.

Les Émirats arabes unis sont arrivés en tête après que 40,7% des répondants ont indiqué qu’ils pouvaient économiser sur leur salaire tout au long du mois, suivis du Qatar en deuxième place avec 36,4%, de Bahreïn en troisième place avec 35%, de l’Arabie saoudite en quatrième place avec 28,3% et le Sultanat d’Oman arrive en cinquième position avec 25% et enfin le Koweït avec 19% de salariés capables d’épargner.

Les marchés du travail des pays du Golfe accueillent un grand nombre d’expatriés de différents continents et pays du monde, qui cherchent à augmenter leurs niveaux de revenus et à accroître leur capacité d’épargne, par rapport à leurs pays d’origine, en particulier au cours des dernières années où la situation économique et les crises sécuritaires se sont propagées dans la plupart des pays arabes.

Manque d’épargne au Maghreb

5,6% des salariés algériens participant à l’étude ont indiqué que leurs salaires leur suffisent jusqu’à la fin du mois et qu’ils peuvent en épargner une partie, suivis par les salariés marocains ayant participé à l’étude avec 4,9% qui peuvent généralement conserver une partie de leur salaire.

Le pourcentage de répondants épargnant en Jordanie était de 4,3%, contre seulement 3% en Irak, et un taux similaire de 2,9% en Tunisie, où les employés ont indiqué leur capacité à économiser une partie de leur salaire après avoir payé toutes les obligations et les dépenses mensuelles.

Équilibre des salaires du Golfe

Les six pays du Golfe participant à l’étude ont également pris les devants sur la capacité des salariés à atteindre un équilibre entre revenus et dépenses, et que les revenus ne s’épuisent qu’à la fin du mois, ce qui évite aux salariés d’avoir à passer les derniers jours du mois avec les poches vides.

L’échantillon participant au Qatar s’est classé premier pour répondre à la question : le salaire est-il suffisant jusqu’au dernier jour du mois ? À un taux de 40,9%, suivi par les employés participant à l’étude en provenance d’Arabie saoudite à un taux de 26,7%.

En outre, 25,9% des employés participants aux EAU ont indiqué avoir réussi à équilibrer leurs revenus et leurs dépenses tout au long du mois, contre 25% des répondants au Sultanat d’Oman, 20% des répondants à Bahreïn et 19% au Koweït. .

Ce pourcentage a diminué en dehors de la région du Golfe arabe, puisqu’il est venu en Jordanie de 17,4% des employés dont les salaires ne s’épuisent qu’à la fin du mois, tandis que le pourcentage a diminué en Algérie à 10%, 7,4% en Tunisie et 6,6% au Maroc.

Le pourcentage de participants en Irak dont le revenu se termine à la fin de chaque mois a diminué à 4,5%, tandis qu’au Liban, il n’a atteint que 1%.

Les salaires ne suffisent pas au Liban et en Irak

En revanche, l’étude « Iram Economic » a révélé une réalité inconfortable pour ceux qui dépensent l’intégralité de leurs revenus mensuels avant la fin du mois de 5% en Irak.

Le pourcentage était proche dans les pays du Maghreb, dépassant 80% dans chacun d’eux, avec 89,7% des répondants en Tunisie, 88,5% des répondants au Maroc, et 84,4% des salariés interrogés en Algérie, alors qu’il diminuait en Jordanie à 78,3% des salariés qui ont leurs revenus ne suffisent pas.

Dans une autre question aux répondants, le pourcentage de ceux qui dépensent la totalité de leur salaire à la fin de la troisième semaine du mois était : 99% au Liban, 92,5% en Irak, 89,7% en Tunisie, 88,6% au Maroc et 84,5% en Algérie, 78,2% en Jordanie, 61,9% au Koweït, 50% à Oman, 45% en Arabie Saoudite, le même pourcentage à Bahreïn, 33,3% aux Emirats et 22,7% au Qatar.

Quant à ceux qui dépensent la totalité de leur salaire à la fin de la deuxième semaine de l’échantillon, leur pourcentage était de : 97% au Liban, 77,9% en Tunisie, 68,9% au Maroc, 64,1% en Irak, 62,3% en Algérie, 60,8% en Jordanie, 40% à Bahreïn, 33,3% au Koweït, 25% à Oman, 21,7% en Arabie saoudite, 13,6% au Qatar et 3,7% aux Émirats arabes unis.

En revanche, le pourcentage de ceux qui sont obligés de payer leur salaire la première semaine de chaque mois, selon les participants à l’étude, est de : 56% au Liban, 47,8% en Tunisie, 39,1% en Jordanie, 35,6% en Algérie et 32,8% au Maroc, 31,3% en Irak, 20% à Bahreïn, 14,3% au Koweït, 9,1% au Qatar, 5% en Arabie Saoudite et le même pourcentage au Sultanat d’Oman, alors qu’aucun des répondants aux Émirats arabes unis ont indiqué dépenser l’intégralité de leurs revenus à la fin ou au cours de la première semaine de chaque mois.

Vous voulez booster vos produits ou services ?